Présentation

  • : Les femmes hypersexuelles
  • Les femmes hypersexuelles
  • : Ce blog est un espace de liberté, où les femmes hypersexuelles pourront parler comme elles le veulent, se confier, et nous faire comprendre comment elles en arrivent à être ce qu'elle sont.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Communautés

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Vendredi 1 janvier 5 01 /01 /Jan 10:31

Danielle évoque ici le problème auquel elle est confrontée, par rapport à son hypersexualité. Elle multiplie les activités sexuelles, et son fils en a eu connaissance…Comment concilier vie de famille et vie très libérée ?

 

 

Oui, le problème essentiel, ce sont les enfants. Mon mari est candauliste, il aime me voir faire l'amour devant lui et grâce à lui je peux assumer mon hypersexualité, qui est très forte, j'ai eu des dizaines d'amants. J'ai trompé mon mari avec plusieurs types dès le soir de notre mariage. Nous avons nos règles, mes enfants sont de lui, nous sommes très prudents devant les enfants, rien à la maison naturellement.


Mais je vis un drame depuis la mi décembre. Mon fils de 8 ans, en rentrant à la maison, était en pleurs. Il a fini par m'avouer qu'un de ses camarades avait dit devant les autres : « La maman de Kevin (mon fils), c'est une putain, elle couche avec d'autres hommes que son père. »


Kevin s'est jeté sur son camarade et s'est battu, lui si tendre. Je lui ai dit que ce n'était rien et qu'il ne fallait pas répondre. Les autres l'appellent maintenant « le fils de la pute". »
Nous avons commencé des séances chez le pédopsychiatre et j'envisage sérieusement de le changer d'école. Je suis folle de douleur, à en crever et pourtant je n'arrive pas à m'arrêter. J’ai besoin de ces étreintes avec d'autres hommes que mon mari. Pouvez vous me conseiller, m'aider ? Je suis désespérée, je me déteste.

 

Sophie : Danielle, je suis vraiment désolée de ce que vous dîtes. C'est en effet la chose dont j'ai le plus peur, par rapport à mon hypersexualité. Je reconnais que depuis quelques mois, où je vis dans une très petite commune, tout le monde observe tout le monde, j'y ai mis un frein, de peur de ce genre de commentaires. C’est aggravé par le fait qu’ici, tout le monde vit dehors. Il est donc facile pour chacun de voir les mouvements autour d’une maison…

Il y a quelques années, j’étais encore en France, et à la sortie de la maternelle, je vois un gosse qui court vers sa mère et lui dit : « Maman, mon copain m’a dit que tu couches avec tous les hommes,  que tu es une putain. Ca veut dire quoi ? » La mère est devenue écarlate, a attrapé son môme sous le bras et s’est enfuie en courant. Je suis restée, attendant mes enfants. Et j’ai entendu les autres femmes cancaner, et donner foi aux paroles du gamin. Ca y allait bon train : « C’est une vraie pute, elle couche partout, une marie-couche-toi-là, aucune pudeur, c’est la honte pour notre petite ville… Pas question que son fils vienne à l’anniversaire du mien !»

 

J’en passe et des meilleures. Je suis retournée effondrée chez moi, et j’avais très peur qu’on dise la même chose de moi. Ca signifie une exclusion totale de mes enfants par les autres. Ou du moins, par leurs familles. Alors, j’ai mis un frein quelque mois, puis je me suis décidée à n’avoir mes relations que loin de chez moi, à Paris, où j’allais en Tgv deux fois par semaine, dans les clubs échangistes ou les saunas. Je prenais ma dose, et je rentrais.

 

Il m’est difficile de vous conseiller. Je pense que le psy qui suit votre enfant sera le mieux à même de vous conseiller. Personnellement, je préfère ralentir mes activités sexuelles, pour préserver mes enfants. Etre mère a ses contraintes, celle-là en est une pour les hypersexuelles.

Certains vont diront peut-être de ne pas prêter foi aux ragots, de vivre comme vous l’entendez. Moi, je trouve que c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsque nos enfants sont en cause.

 

A votre place (mais je n’y suis pas, et le psy aura sans doute un autre avis), je changerai mon enfant d’école, pour lui éviter d’être confronté à des problèmes qui normalement ne le concernent pas. Ensuite, j’essaierai de me satisfaire plus loin que dans ma ville, comme je l’ai fait il y a quelques années….

Après, tout est question de votre morale, de vos valeurs, de vos convictions, de ce sur quoi vous êtes capable ou non de « passer », chacun à son mode de vie, vous seule pouvez dire quelle est la meilleure solution…

 

Aujourd’hui, confrontée de nouveaux aux ragots potentiels, je ralentis mes relations sexuelles, et je tente d’en voir avec moins d’hommes, mais plus souvent. Je ne change plus autant d’amants, je les choisis hyper discrets, le plus souvent mariés, pour éviter qu’ils ne parlent. Je limite ainsi un peu les risques de vantardises…

 

Bon courage à vous,

Amitiés

Sophie

 

Par Danielle et Sophie - Publié dans : Témoignages - Communauté : Réalités
Ecrire un commentaire - Voir les 18 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés