Présentation

  • : Les femmes hypersexuelles
  • Les femmes hypersexuelles
  • : Ce blog est un espace de liberté, où les femmes hypersexuelles pourront parler comme elles le veulent, se confier, et nous faire comprendre comment elles en arrivent à être ce qu'elle sont.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Communautés

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Samedi 2 octobre 6 02 /10 /Oct 02:20

Il convient de ne pas confondre la nymphomanie et l'hypersexualité.

De nos jours encore, il n’est pas rare qu’une femme qui vit librement sa sexualité et qui connaît de nombreux partenaires se fasse abusivement qualifier de "nymphomane".
Comme s’il s’agissait d’une insulte !


En fait, ce terme décrit un trouble psychologique dont la définition reste encore floue, et qui peut être vécu comme une grande souffrance.
Le mot nymphomanie vient de Nymphe, qui est une divinité féminine de l'Antiquité gréco-romaine, personnifiant divers aspects de la nature et représentée le plus souvent sous les traits d'une jeune fille nue, et de manie, du latin mania signifiant folie.

Parce que les critères de normalité en matière de sexualité restent régis par des conventions sociales, et parce que les besoins diffèrent selon les individus, il reste délicat de déterminer ce qu’est exactement la nymphomanie.

 

Au 19ème siècle, la nymphomanie, exagération chez la femme des désirs, de l'appétit sexuel, est considérée par le sexologue allemand Kraft Ebing comme une maladie. Les femmes qui souffraient d’un appétit sexuel, jugé trop féroce par les normes de la société, pouvaient être internées, sexuellement mutilées et bannies de la communauté.J'ai cru comprendre en lisant certains commentaires sur les blogs qu'il y avait des nostalgiques de cette époque.

Selon les psychologues et les psychiatres, il s’agit d’une souffrance liée à un désir sexuel effréné et inassouvi même lorsqu'elle a de nombreux rapports sexuels (cinq à dix fois par jour) et/ou une consommation compulsive de supports pornographiques.

La nymphomane est donc une femme au désir sexuel inassouvi, et qui ne trouve pas de plaisirs dans ses rapports sexuels.

Ce comportement, souvent moqué, traduirait une grande souffrance et impliquerait une notion de dépendance. Il s'agirait d'une conduite dite addictive au même titre que la toxicomanie, l'alcoolisme, les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie).

Cette maladie ne semble concerner qu'un très petit nombre de femmes présentant des troubles graves de la personnalité.

A ne pas confondre donc avec un appétit développé pour les plaisirs de la chair ! Cette quête insatisfaite s’apparente à une dépendance et nécessite un traitement.

Si une femme souffre de son hypersexualité, elle peut recourir à différentes possibilités.

Les remèdes possibles :
- Une psychothérapie : faire appel à un professionnel pour déterminer l’origine de son comportement peut aider à se débarrasser de son addiction sexuelle et à se déculpabiliser.

- Un traitement médicamenteux peut également être prescrit afin de réguler l’humeur du patient s’il connaît un état dépressif.

- Des groupes de soutien : si les alcooliques, les boulimiques, les toxicomanes ont leur association d’aide, il en est de même pour les personnes souffrant d’hypersexualité.
Sous la houlette d’un thérapeute, un programme de sevrage est proposé ainsi que des discussions avec d’autres participants. Le tout est gratuit et dans le respect de la sacro-sainte règle de l’anonymat.

Pour se renseigner sur ce soutien organisé par l'association la DASA (Dépendants affectifs et sexuels anonymes) : http://dasafrance.free.fr
Sur le site, un questionnaire est proposé afin de déterminer son degré d’addiction.

En-dehors de ces rares cas, dans notre société, dès qu'une femme change de partenaire trop souvent ou s'engage dans des relations de très courte durée, on la traite facilement de nymphomane.

S'agit-il alors d'un trouble psychique ou de la question des normes sociales et des valeurs morales d'une société à une époque donnée ?

Où commence l'excès ?

Quelle est la norme, qui en décide ?

Ces questions n'ont toujours pas trouvé de réponses satisfaisantes pour les femmes, alors que la multiplication des conquêtes féminines par un homme (donjuanisme) est plus que tolérée : valorisée !


Signé : Doc

Par Doc - Publié dans : Médical - Communauté : Réalités
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés