Présentation

  • : Les femmes hypersexuelles
  • Les femmes hypersexuelles
  • : Ce blog est un espace de liberté, où les femmes hypersexuelles pourront parler comme elles le veulent, se confier, et nous faire comprendre comment elles en arrivent à être ce qu'elle sont.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Communautés

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Mercredi 13 janvier 3 13 /01 /Jan 19:56


Ipathie
Hypatie d'Alexandrie (v. 370-415 après J.C.) est une mathématicienne et une philosophe grecque.


Son père, Théon d'Alexandrie, dernier directeur du Musée d'Alexandrie, est éditeur et commentateur de textes mathématiques. Il éduque sa fille en l'initiant à la mathématique et à la philosophie.

 

La ville, comme le reste du pays est depuis longtemps sous domination romaine. Elle est le siège d'une vie culturelle et scientifique florissante

 

Très vite, la jeune fille montre un très vif intérêt pour la connaissance sous toutes ses formes, et bientôt surpasse son maître de père. Elle enseigne, à son tour, les mathématiques, la géométrie

 

Aussi intelligente que belle, elle se marie à Isodorus, un philosophe, science qu'elle étudie et enseigne elle-même. Elle séduira l'empereur Arcadius.

 

Hypatie fait ses études de sciences, philosophie et éloquence à Athènes. Elle travaille aussi dans le domaine de l'astronomie. Ses exposés publics à Alexandrie, où elle défend les thèses néoplatoniciennes lui valent une grande renommée. Cependant aucun de ses travaux ne nous est parvenu, en particulier à cause de l'incendie final en 641 par les Arabes de la Grande Bibliothèque d'Alexandrie ; ceci explique sa faible notoriété.

 

Synésios de Cyrène, un de ses élèves (avant 395) qui était aussi son ami et qui devint évêque de Ptolémaïs, la loue dans ses lettres (en 404-407) pour sa grâce (très belle, elle reste vierge d'après la légende) et lui demande des conseils. Il lui a écrit : « C'est pour vous seule que je négligerais ma patrie ; et si jamais je puis la quitter, ce ne sera que pour aller auprès de vous » ; et ailleurs : « Quand bien même nul souvenir ne resterait aux morts dans les enfers, moi je m'y souviendrais de ma chère Hypatie ». Dans une lettre à son père, il dit d'elle : « La philosophe si chère à Dieu et que nous ne saurions trop vénérer »

 

L'historien chrétien Socrate le Scolastique rapporte dans son Histoire ecclésiastique (vers 440) :

 

« Il y avait à Alexandrie une femme du nom d’Hypatie : c’était la fille du philosophe Théon. Elle était parvenue à un tel degré de culture qu’elle surpassait sur ce point les philosophes, qu’elle prit la succession de l’école platonicienne à la suite de Plotin, et qu’elle dispensait toutes les connaissances philosophiques à qui voulait ; c’est pourquoi ceux qui, partout, voulaient faire de la philosophie, accouraient auprès d’elle. La fière franchise qu’elle avait en outre du fait de son éducation faisait qu’elle affrontait en face à face avec sang-froid même les gouvernants. Et elle n’avait pas la moindre honte à se trouver au milieu des hommes ; car du fait de sa maîtrise supérieure, c’étaient plutôt eux qui étaient saisis de honte et de crainte face à elle. »

En 412 après J.C., Cyrille devient patriarche de la ville d'Alexandrie. Il est là pour christianiser la population coûte que coûte, et cette femme, dont on rapporte que ses élèves sont sous le charme de sa grande connaissance, de son charisme et sous l'influence de sa beauté si grande qu'ils en sont tous amoureux, fait de l'ombre, par ses théories en astronomie et en philosophie, aux textes bibliques et à leur interprétation. On l'accuse de mener un groupe de païens.

 

En mars 415, à 45 ans, elle meurt lapidée par des chrétiens fanatiques. Selon la thèse de Socrate le Scolastique (vers 440), les chrétiens lui reprochaient d'empêcher la réconciliation entre le patriarche Cyrille d'Alexandrie et le préfet romain Oreste à la suite de conflits sanglants entre diverses communautés religieuses d'Alexandrie. Selon la thèse du philosophe néoplatonicien Damascios (en 495), l'évêque aurait découvert par hasard, en passant devant chez Hypatie et en voyant la foule qui s'y pressait, la popularité de la philosophe. Toujours est-il qu'elle est arrachée à sa voiture, entraînée dans une église, siège patriarcal, consacrée à Saint Michel, appelée le Caeserium quand l'édifice était le centre du culte impérial à Alexandrie. Hypatie est déshabillée, tuée à coups de tessons, mise en pièces. Ses restes sont promenés par les rues et brûlés.

D'après Socrate le Scolastique, vers 440 :

« Contre elle alors s’arma la jalousie ; comme en effet elle commençait à rencontrer assez souvent Oreste, cela déclencha contre elle une calomnie chez le peuple des chrétiens, selon laquelle elle était bien celle qui empêchait des relations amicales entre Oreste et l’évêque. Et donc des hommes excités, à la tête desquels se trouvait un certain Pierre le lecteur, montent un complot contre elle et guettent Hypatie qui rentrait chez elle : la jetant hors de son siège, ils la traînent à l’église qu’on appelait le Césareum, et l’ayant dépouillée de son vêtement, ils la frappèrent à coups de tessons ; l’ayant systématiquement mise en pièces, ils chargèrent ses membres jusqu’en haut du Cinarôn et les anéantirent par le feu. Ce qui ne fut pas sans porter atteinte à l’image de Cyrille et de l’Église d’Alexandrie ; car c’était tout à fait gênant, de la part de ceux qui se réclamaient du Christ que des meurtres, des bagarres et autres actes semblables soient cautionnés par le patriarche. Et cela eut lieu la quatrième année de l’épiscopat de Cyrille, la dixième année du règne d’Honorius, la sixième du règne de Théodose II, au mois de mars, pendant le Carême. »

 

D'après Jean de Nikiou (Nicée), au VII éme siècle :

« En ces temps apparut une femme philosophe, une païenne nommée Hypatie, et elle se consacrait à plein temps à la magie [théurgie, selon Michel Tardieu], aux astrolabes et aux instruments de musique, et elle ensorcela beaucoup de gens par ses dons sataniques. Et le gouverneur de la cité l'honorait excessivement; en effet, elle l'avait ensorcelé par sa magie. Et il cessa d'aller à l'église comme c'était son habitude.... Une multitude de croyants s'assembla guidée par Pierre le magistrat – lequel était sous tous aspects un parfait croyant en Jésus-Christ – et ils entreprirent de trouver cette femme païenne qui avait ensorcelé le peuple de la cité et le préfet par ses sortilèges. Et quand ils apprirent où elle était, ils la trouvèrent assise et l'ayant arrachée à son siège, ils la trainèrent jusqu'à la grande église appelée Césarion. On était dans les jours de jeûne. Et ils déchirèrent ses vêtements et la firent traîner (derrière un char) dans les rues de la ville jusqu'à ce qu'elle mourût. Et ils la transportèrent à un endroit nommé Cinaron où ils brûlèrent son corps. Et tous les gens autour du patriarche Cyrille l'appelèrent « le nouveau Théophile », car il avait détruit les derniers restes d'idolâtrie dans la cité. »

Le film « Agora », du réalisateur espagnol Alejandro Amenábar, a été présenté hors compétition lors du festival de Cannes 2009. Ce film relate la vie d'Hypathie, et il est sorti en salles àl ’automne 2009. C’est une jeune femme brillante qui inspire le réalisateur : la philosophe et mathématicienne grecque Hypatie qui aurait dirigé l’école néoplatonicienne d’Alexandrie et qui dispensait son enseignement à qui voulait bien le recevoir. Il en fait une astronome, une scientifique dont les réflexions contestent des faits que l’on estime établis. Il en fait surtout une véritable héroïne de cinéma : une femme moderne qui ose aller à contre-courant de son époque et qui défend les valeurs auxquelles elle croit. Et pour les besoins d’un scénario grand public qui impose un certains nombre de critères – amour, haine, désir, envie, pouvoir, jalousie…-, deux de ses élèves en tombent amoureux. L’un est fictif, c’est Davus son esclave qui rêve aussi d’être affranchi. L’autre a vraiment fréquenté Hypatie, c’est Oreste, le préfet romain… Davus va choisir le camp des chrétiens qui lui apportent la liberté. Oreste, lui, va soutenir Hypatie jusqu’à ce que son propre pouvoir soit remis en cause. Car à l’époque la révolte gronde. Chrétiens et Juifs s’affrontent pour imposer leur foi… et bien sûr leur influence auprès des Romains. Au delà de ses héros, c’est l’obscurantisme religieux et l’avènement sauvage d’une religion que met en scène cet Agora. Vingt siècles avant le nôtre.

Par Cindy - Communauté : Réalités
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés